À Propos

Voir la vidéo
×

Prête moi ta plume pour écrire un mot…

Écrire pour d’autres, c’est une activité aussi vieille que l’écriture. Et pourtant, les métiers de plume sont encore méconnus, nimbés de mystère. Personnage de l’ombre, conseiller du Prince ou du dirigeant ou metteur en mot d’une parole plus collective, la plume officie discrètement – tellement que l’on connaît rarement son nom. La guilde des plumes, première association professionnelle à structurer un réseau français des plumes de tout poil, s’est décidée à lever le voile sur ce qu’est une « plume »

D’abord, « plume » est une activité, pas toujours un métier ou une fonction unique ou définie. Ceux qui l’exercent sont aussi souvent des « couteaux suisse » aux tâches plurielles, mais dont on peut dégager quelques traits, pour dessiner les contours de ce que fait et ce qui fait la plume -ses compétences et ce qui l’y conduit.

Première question : que fait la plume, ou plutôt, que font toutes les plumes, au-delà de la diversité de leurs pratiques ?

Si elle peut écrire en son nom propre dans d’autres contextes, la plume écrit avec et pour quelqu’un d’autre, quelle que soit la nature de la commande – discours, tribune, ouvrage ou charte éditoriale. Elle se met au service d’un client et d’une mission avec discrétion et en toute confidentialité, accompagnant les projets sans en être le commanditaire, ne signant pas les textes et restant volontairement dans l’ombre. La plume cherche ainsi à se couler dans le style et les enjeux de son client, pour répondre le mieux possible à ses attentes – quitte à les faire évoluer à la faveur d’échanges avec lui.

Sur cette base, la plume réfléchit à la manière de faire passer un message : elle choisit les meilleurs mots pour le dire, mais doit pouvoir également connaître la stratégie de l’organisation, voire collaborer à sa définition. Plus que « parler bien » ou « parler beau », la plume doit chercher à « parler juste » – en fonction du contexte et des attentes de la personne qui l’emploie dans cette activité. La clarté du message pour un auditoire ou un lectorat prime en effet sur l’aspect strictement langagier.

Deuxième question : comment le font-elles, avec quelles compétences et quelle éthique? 

Une plume n’est pas nécessairement un « littéraire” : si elle connaît la fonction poétique du langage, c’est avant tout pour la mettre au service de la clarté. Pour cela, sa principale compétence réside dans une connaissance fine de la langue, des différents niveaux de sens, des différents registres, des références en termes de vocabulaire tant de la personne pour laquelle elle écrit que des futurs lecteurs ou auditeurs. Elle sait adapter son écriture au format -écrit ou oral, court ou long- et au contexte. A l’oral comme à l’écrit, la plume a à la fois le goût de l’argumentation et le sens logique, la créativité et l’imagination, qui lui permettent de trouver le meilleur angle et les mots pour convaincre, le ton le plus pertinent, de mettre en perspective les arguments et les lier de manière subtile, de trouver et formuler correctement les illustrations qui mettent en relief les concepts.

Sa curiosité sur les grands mouvements à l’œuvre dans la société, son attention pour les « signaux faibles » font d’elle une personne en veille, à même d’intégrer des idées nouvelles et de proposer ses services à des clients de tout type d’univers, de tout type de structure ou organisation. Certaines sont des plumes spécialisées mais nombreuses aussi sont les « plumes tout terrain ».

Quant à sa posture, son savoir être, cela se traduit par une ouverture et une empathie pour les personnes avec et pour lesquelles elle travaille. Cela lui permet de se mettre « dans les chaussures » du client, tout en prenant en compte les attentes des destinataires du texte ou du discours, et de trouver ainsi les mots qui sonnent justes.

La plume ne fait pas qu’exécuter, elle propose, des mots, des idées… mais c’est le commanditaire qui « dispose ». Car la plume, même si elle peut avoir pour mission d’accompagner un cheminement de pensée, est surtout attendue sur la mise en forme de cette pensée. Elle a vocation à s’adapter aux convictions de son commanditaire, mais aussi à ses impératifs et ses contraintes, de temps notamment, de disponibilité. Patience et humilité sont ainsi les vertus premières d’une plume aguerrie.

Enfin, comment et pourquoi devient-on plume?

On devient plume d’abord par goût: il faut aimer écrire et savoir écrire, et être prêt à le faire pour et avec d’autres.

On le devient souvent par hasard, ou par opportunité. Parfois, mais assez rarement, on intègre une structure en qualité de plume, car le besoin est préalablement identifié, et notre profil jugé adéquat – souvent par le parcours académique ou la connaissance interpersonnelle. Plus souvent, alors qu’on y fait autre chose, on le devient parce que certains repèrent qu’on “sait écrire”, et que cette compétence est rare. Ainsi, lorsque la plume se révèle dans une organisation, elle va devenir de plus en plus visible, créer un besoin, et donc une véritable fonction.

Dans tous les cas, on le devient souvent par étapes, ou par moments.  Si la fonction de plume commence peu à peu à se structurer (en tout cas pour les plumes politiques), elle n’est pas encore totalement définie. On ne trouve aucune formation clairement dédiée. Le métier s’apprend donc généralement sur le tas, avec des parcours multiples et divers : littérature, sciences humaines, journalisme, droit, économie, sciences politiques… et c’est ce qui en fait la richesse.

La Guilde: le premier réseau professionnel des plumes en France

Vous êtes plume ? Vous souhaitez le devenir ? Vous êtes un dirigeant, un jeune entrepreneur, un élu, un président d’association à la recherche de quelqu’un qui vous aiderait à traduire en mots vos valeurs, votre action, vos projets ? Vous êtes au bon endroit.

La Guilde des plumes, c’est une communauté de professionnels de l’écriture, de celles et ceux qui écrivent pour que d’autres puissent prendre la parole. Notre action a pour objectif de développer un réseau qui nourrisse notre créativité et renouvelle constamment nos inspirations.

Conférences, cafés professionnels, ateliers d’écriture, partenariats avec d’autres métiers de l’écrit, nous vous proposons d’intégrer une communauté riche de sa diversité pour renforcer vos compétences et élargir vos opportunités professionnelles. Rejoignez-nous !

Notre organisation

Le bureau 

Présidente : Anne Pédron-Moinard
Vice-Présidente : Ingrid Leduc
Trésorier : Antoine Momot

Le conseil d’administration

Charline Birault, Benédicte Demarle, Louis Duroulle, Laurent Jauffret, Benoît Joxe, Ingrid Leduc, Antoine Momot, Anne Pédron-Moinard, Violaine Ricard